De fracture…

Et puis un jour (j’avais commencé mon premier boulot depuis quelques mois), Benjamin (le futur mari de l’article précédent :-) ) m’a préparé un voyage surprise à Venise. Le truc vraiment romantique et pour lequel il n’avait aucune pression… :-) :-) (grosse pensée pour Chandler et le livre de mariage de Monica dans Friends)

Une demande en mariage plus tard, j’ai découvert le monde du DIY, le superbe blog de « La Mariée aux pieds nus », les blogs américains… Ouh la la, ça me faisait rêver. J’avais envie de tout faire moi-même.
Bon, je dois vous avouer que ce n’était pas vraiment compatible avec le mariage tel que l’avait imaginé mes parents avec les 250 invités et tout et tout. On a du composer avec eux et on a pu faire pas mal de choses nous-même mais surtout un mariage civil 2 mois avant le mariage religieux qui a été très bucolique.
Et c’est LA que j’ai achetée ma première machine à coudre, ma petite Janome Harmony que je garde précieusement. J’ai cousu des petites choses au début : les centres de table pour le mariage, des trousses de toilette pour mes témoins. Ensuite on est partis en voyage de noces et puis je l’ai rangée…

Cette parenthèse m’a permis de tenir le coup pendant un peu plus d’un an. Avoir un projet comme celui-ci en dehors du boulot, ça fatigue, ça captive l’esprit. Ça évite de réfléchir.
Ah oui, parce mon problème c’est que je réfléchis trop, tout le temps. Ok, vous allez me dire «ça va, moi aussi, je réfléchis tout le temps » mais attendez, je ne dis pas ça pour être prétentieuse. Je parle de la réflexion sans fin, maladive, de se perdre dans son cerveau et de vouloir parfois trouver un moyen de se débrancher à force de ne pas savoir s’arrêter. Je parle de la pensée angoissante car sans réponse. Je parle de la pensée arborescente, face à laquelle on est impuissants… Je parle de la pensée du zèbre*. Celle, qu’on ne veut pas vraiment avoir :-) .

tete2Il faut dire qu’avec la fin des études qui approchaient, le premier boulot, j’avais commencé à me fracturer, ma pensée devenait de plus en plus envahissante. Quand on contrôle sa vie, celle des autres parfois, depuis des années, en fait, c’est hyper rassurant. Ça permet d’avancer sans trop se poser de questions. Mais quand une fissure apparaît, elle laisse place à un magma derrière qui ne demandait qu’à sortir…

Pour moi, la fissure avait commencé au décès d’un jeune enfant de mon entourage proche, alors que je passais mes concours en 2005 (oh punaise, le coup de vieux!!), le truc bien injuste, la leucémie foudroyante en quelques semaines… Un dur moment à passer pour moi, une prise de conscience de ma mortalité… Beaucoup de questions sur le sens de la vie ont suivi… Beaucoup de questions sans réponses, comme vous l’imaginez… Beaucoup d’angoisses de ce fait. Mais, j’ai colmaté la brèche : allez, allez, on pose le vernis, on paraît assurée, froide parfois, mais on contrôle, ça évite de perdre pied. On cache tout ça au fond de sa tête bien sagement, on reprend le masque et on avance.

Et quand on commence à bosser, on se retrouve devant le mur du « ah, et bien là tu en as pour 40 piges ». Ça fait peur… En tous cas, moi ça m’a fait peur. Toutes ces questions ont ressurgi, insidieusement. C’est vrai que, quand on se pose la question du sens de son existence, et qu’on se retrouve à travailler dans un truc qui ne nous comble pas complétement, ça a beau être rassurant d’avoir respecté le plan de vie que l’on s’était fixé telle une maniaque du contrôle, il y a quelque chose qui cloche, encore une fois.

EcailleDonc, vous vous en doutez, après le mariage, le retour au boulot, a été difficile. Non pas que ça ne me plaisait pas du tout. J’ai rencontré des personnes géniales, j’avais plein d’avantages dans ce premier job et surtout un manager qui m’avait cernée et me laissait faire ce que je voulais (je m’organise d’une manière qui peut laisser perplexe certains, mais c’est comme ça que je m’y retrouve, sans doute comme une parallèle de mon cerveau foufou) ce qui me permettait de faire un travail de qualité… ahahaha (le comble pour une ingénieur Qualité!) Et puis, comme je vous le disais dans l’article précédent, à cette époque là je ne me posais pas la question de mon ambition,etc… Je me fissurais mais j’entretenais la fissure en voulant toujours plus, en voulant manager, en voulant plus de gros projets, en voulant plus d’argent. Le serpent qui se mange la queue.

Sauf qu’avec Benjamin on avait un projet de bébé :-) et autant je progressais au boulot, autant j’angoissais à la maison. Jusqu’au jour où ce n’était plus possible, j’avais l’impression d’avoir un gouffre béant devant moi.
J’écrivais alors (merci les notes de l’Iphone :-) ) : « L’impression d’être à quelques centimètres du vide, du trou, de la chute, de l’achèvement. Je fais semblant devant les autres mais ça me ronge de l’intérieur, le travail me détruit à petit feu. J’ai le sentiment, qu’il faut d’une part se motiver car je suis convaincue que travailler est essentiel, et d’autre part que tout ce que je fais n’a aucun sens puisque la vie, en soi, n’a pas de sens. Pourquoi les hommes ont nommé la vie, la vie? Quel besoin de nommer ce temps qui passe? Quelle en est la définition? Je suis perdue, à nouveau, comme un homme accroché à une bouée, que la peur étreint et que l’angoisse ronge… » Cela me paraissait incompatible avec le fait de porter en moi un bébé qui aurait eu à ressentir ces émotions alors que je voulais le protéger de tout ça. J’ai donc décidé de trouver une solution. Autant vous dire que mon médecin-traitant à qui j’en ai parlé m’a dirigée vers quelqu’un d’autre : mon psychiatre. Ce qui est fou quand je relis ces lignes c’est que la fracture y est bien tangible mais je n’en m’en rendais pas vraiment compte… je me le cachais? Avec mon psychiatre, nous avons surtout travaillé sur les choses que je ne pouvais pas contrôler. Et il y en a paquet :-) !! J’ai réussi à mieux gérer mes angoisses, et c’était déjà un grand pas.

C’est alors que je suis tombée enceinte. Et la suite, je vous en reparle la semaine prochaine :-)

Photo (c) Friends, Colin McAdoo, Stephan Fürnrohr

* zèbre : « le terme « zèbre » que [je] leur préfère et ai choisi a l’avantage de les affranchir de ces a priori : le zèbre, difficilement apprivoisable, se fond dans le décor tout en s’y distinguant par des caractères (leurs rayures) propres à chaque individu » Jeanne Siaud-Facchin dans Trop Intelligent pour être heureux à propos des surdoués – lire ici pour en savoir un peu plus

6 commentaires à propos de “De fracture…

  1. Hello !
    J’ai découvert ton blog via fb. C’est une jolie découverte
    Je ne sais que te dire à part que tes mots me touchent et me parlent (je n’entre pas dans les détails de ma vie et de La vie. C’est déjà beaucoup pour moi de partager mon ressenti avec toi)
    J’ai hâte de connaître la suite de ton cheminement
    En attendant, prends grand soin de toi
    A très bientôt
    Malika – Ma Vie Est une Tendance

    • Bonjour Malika! Merci de ton message, qui me touche.
      Les différents témoignages que j’ai pu lire depuis le lancement de mon blog m’encouragent dans cette voie :-)
      Prends soin de toi également :-)
      Marie-Anaïs

  2. Je suis bouleversée. Quelle leçon de vie, pour nous parents, qui sommes parfois très loin d’imaginer que nos enfants souffrent…
    Tu avances MA c’est génial!

  3. Je viens de vivre une lecture positivement déstabilisante. Tous ces mots j’aurais pu les écrire. Du parcours scolaire plutôt réussi, à l’ennui au travail, en passant par les réflexions encombrantes, angoissantes et incontrôlables également apparues à la suite d’un injuste décès, puis le passage par un psy et le renouveau par la déco … et aujourd’hui l’envi (indécise) de créer mon blog. Tout cela avec une gaieté à toute épreuve. Ces moments je les ai tous vécus. Je me suis identifiée dans chaque phrase. J’ai hâte de continuer la lecture de ce blog plein de messages d’espoir. Un grand merci.

    • Bonjour Justine!
      Ouaouh… Que ce message me touche, il me va droit au coeur…
      J’avais ce besoin de partager, pour témoigner aussi. Et quand je lis les messages de celles qui vivent ou ont vécu la même chose, je me dis que la tâche est remplie :-)
      MERCI!
      Très belle journée!

Laisser un commentaire