De naissance…

Je vous avais laissés le 2 novembre dernier avec ma fracture, et puis les derniers événements ne m’ont pas donné envie d’écrire sur ma reconversion, je vous ai parlé plutôt de mes questions après les attentats, et puis aussi de mon engagement associatif.

Bref, revenons-en au sujet qui nous intéresse (enfin, au moins moi :-) ) : les étapes qui m’ont amenée à créer Mes Comptoirs.

Je suis tombée enceinte d’Hanaé très rapidement et, je vous passe les premiers mois de grossesse, mais, dans l’ensemble cela s’est bien passé à part quelques maux classiques (rétention d’eau, douleurs ligamentaires, sciatique,… la base quoi :-) )

grossesse

Je vous disais dans mon dernier article que j’avais tendance à m’engager pour tout et n’importe quoi. Et depuis l’école,  mon « engagement » vers plus de naturel s’était développé petit à petit (aussi bien dans l’alimentation que dans la médicamentation par exemple). Du coup, je m’étais mis en tête que je voulais accoucher sans péridurale. Eh eh eh! :-)

A Necker, la préparation se fait avec des sage-femmes libérales. La mienne, tip top par ailleurs, faisait ce que l’on appelle une « préparation classique ». Lorsque l’on a commencé à préparer l’accouchement, elle nous a expliqué toute la procédure après la pose de la péridurale (oui, parce qu’en fait, en préparation classique, on part du postulat de base que vous aurez une péridurale! C’est fou je trouve avec du recul). C’est là que je lui ai annoncé mon souhait :-)

Elle ne m’a pas ri au nez mais en gros m’a dit que ça ne me suffirait pas de se préparer avec elle, surtout si j’accouchais à Necker, où les sage-femmes remettraient sans doute en cause mon choix et où il fallait que je sois plus forte psychologiquement pour porter mon projet de naissance (et d’ailleurs, effectivement, il y a quand même une sage-femme qui est rentrée dans ma salle de prétravail le jour J, m’indiquant que je faisais trop de bruit pour l’étage et me demandant si je ne voulais pas prendre une péridurale…NO COMMENT). Elle m’a parlé de yoga, de sophrologie, je me suis donc lancée dans une préparation moins classique en parallèle. J’ai découvert un nouveau monde!!

Du coup, les 2 derniers mois avant la naissance d’Hanaé se sont passés de façon extraordinaire. Je crois, avec du recul que, jusqu’à ce que je crée Mes Comptoirs, ça a été la période la plus heureuse de ma vie. 6 semaines entre parenthèses, à n’écouter que moi, mes envies, cuisiner, coudre, être à la maison, seule, sans contraintes, sans pression, sans ambition sauf celle d’accueillir au mieux ma poupette.
Je n’ai jamais été aussi sereine! En fait, pendant cette période, j’ai été. Tout bêtement, j’ai été. Moi, sans jugement, sans réflexions, sans attente du regard des autres. Et cela m’a fait un bien fou.
Le 31 janvier 2013, j’étais prête. Prête à l’accueillir, prête à vivre ce moment au fond de moi, prête à changer de vie! Je ne regrette pas un instant d’avoir souhaité accoucher sans péridurale. J’ai perdu les eaux à 16h30, je suis arrivée à maternité à 18h30 et Hanaé est née à 21h30… Parfait.

hanae2Malheureusement, la reprise du travail ne s’est pas passée comme prévue. Parce que, oui, je suis têtue comme une mule. Alors, je ne m’étais toujours pas aperçue que toutes ces histoires d’ambition ne me convenaient pas, au fond. Du coup, quand j’ai su que je n’avais pas d’augmentation alors que j’avais tant travaillé avant de partir, j’ai été tellement frustrée que j’ai cherché un job ailleurs.

Disons que ça n’a pas été le meilleur choix de ma vie, quoique sans lui, je n’en serais pas là. En juin, 6 mois après la naissance d’Hanaé, j’ai commencé un nouveau job en ayant en tête mon référentiel de pré-grossesse, j’avais envie d’être mieux, avec moi, avec les autres. Mais disons que je n’étais pas vraiment tombée, ni dans la bonne entreprise, ni avec les bons collègues. Je ne vais pas m’étaler là-dessus, ces 12 mois ont été très difficiles. Déjà d’un point de vue professionnel, ça se passait très mal avec plusieurs de mes collègues, je me sentais mal accueillie, mise à l’écart, jugée, jaugée, et je ne trouvais pas ma place par rapport à ce que l’on me demandait. Et puis d’un point de vue personnel, je ne voyais jamais Hanaé le matin (au boulot entre 6h et 7h30 selon les jours), je sentais que je partais trop tôt le soir par rapport aux autres collègues (je devais filer entre 17 et 17h30 et la plupart faisaient des très/trop grosses journées) et le soir, à la crèche, on me disait que 10h de présence c’était trop long pour Hanaé… C’est vrai qu’elle était fatiguée, du coup, c’était compliqué le soir aussi à la maison.
Je dresse un tableau un peu noir, mais c’est parce que ça a été vraiment sombre pour moi. Dans ma tête je me sentais acculée de toute part, mauvaise partout, ni une bonne salariée, ni une bonne mère… Où était passé cet état de grâce que j’avais vécu? Je ne voyais pas de porte de sortie. Alors, ça ,je gagnais bien mieux ma vie… Mais pour quoi?…

Après 2 alertes auprès de mon management sur ces sentiments, au moins au travail, alertes qui n’ont pas été entendues, j’ai sombré. Perdant toute motivation, toute envie de travailler, je bossais mais en gros, je ne me sentais absolument pas efficace. Du coup, je redoublais d’anxiété car je n’étais pas à la hauteur de ce que je m’étais fixée pour moi, ni à celle que j’imaginais que les autres avaient…
Petit à petit j’ai somatisé tout ça, je connaissais les crises d’angoisse et là, j’ai découvert des nouvelles facettes de mon corps : palpitations, crises de panique,… je devenais malade chronique aussi bien les dimanches soirs que dès que je devais affronter quelque chose de compliqué au travail.

seule

Et puis fin mai, un an après en gros, je n’ai pas pu aller travailler. Je suis allée voir mon médecin traitant, puis mon psychiatre. Et j’ai été en arrêt maladie. Pour « burn out », oui, ce gros mot que l’on ne reconnaît pas en entreprise. Pendant 1 semaine, puis 3 semaines, puis 1 mois, puis 3 mois. Impossible d’y retourner. J’ai craqué. Pour le coup, la fracture est devenue un trou béant.

Allez, je vous laisse là pour l’instant. Gros suspens :-)

Mais bon vous savez que ça va bien mieux aujourd’hui, alors vous vous doutez qu’il y a une fin heureuse :-) ou même plutôt un début…

Photo (c) Wide Open Photographies (Hanaé et moi), Niko Guido

8 commentaires à propos de “De naissance…

    • Merci beaucoup Sandrine!
      Tous ces messages que je reçois pour mon blog m’encouragent vraiment à aller au fond de mon coeur pour parler de tout ça.
      Et quand je vois qu’il y a un écho, ça me donne encore plus envie de continuer!! :-)
      Beau week-end!

  1. beau feuilleton! j’attends la suite avec impatience bien que je la connaisse en gros mais je suis heureuse d’avoir la version originale avec tes ressentis . je te dirais pourquoi. Bises

    • Merci Annie! Je sais que vous l’avez vécue de près, en tous cas à ses débuts :-)
      Et moi aussi je veux savoir pourquoi maintenant! :-)
      Beau week-end!

  2. Bravo, c’est très touchant……
    Certains mots raisonnent comme quelque chose de « connu » chez moi….
    Ma fille a aujourd’hui 14 mois, et même si j’aime mon travail, depuis que j’ai vécu ce moment de plénitude qu’est la grossesse et la maternité…..il y a souvent des fois où je me demande comment vivre ma vie pour lui donner un « vrai » sens, et faire quelque chose qui me ressemble……Pas facile d’en avoir le courage, le courage de tout remettre en question et de quitter un « confort » matériel…..Félicitations :)

    • Bonjour Maëva :-)
      Merci beaucoup pour ce gentil message! Ce n’est pas facile de tout remettre en question, ça prend du temps… Aujourd’hui, je ne regrette rien! Mais j’ai bien conscience aussi que j’ai la chance d’avoir un mari qui m’a permis de développer mon projet (autant en termes de confiance en moi que de moyens financiers) :-)
      Très bonne journée!

    • Merci Morgane pour ton message (que j’ai mis 1000 ans à voir, prise dans mes dernières commandes de Noël et le début de mes vacances, mea culpa!)
      C’est difficile ce rôle de mère-femme-professionnelle…
      En 2016, je reprendrai le fil du blog avec plus de sérieux :-)
      Très bonnes fêtes à toi :-)

Laisser un commentaire